6.Risques

Cette rubrique présente des extraits d’études scientifiques montrant les risques et dangers de l’implant cochléaire.

 

 

AICQ (2014). « Résonance magnétique ».

À la suite des questions reçues concernant la résonance magnétique et le danger du contact entre l’implant cochléaire et le magnétisme de ce système, le bureau de l’AICQ a fait une recherche pour trouver tous les hôpitaux ayant un système de résonance magnétique. Selon les radiologistes, il est fortement déconseillé, voire interdit, à une personne porteuse d’un implant cochléaire d’entrer dans une salle contenant un de ces appareils ou de passer cet examen.

http://www.aicq-implant.org/index.php/9-articlesmenu/7-conseils-relatifs-aux-appareils

http://www.jle.com/fr/revues/medecine/stv/e-docs/00/03/D1/C3/article.phtml

 

 

 

ANNALES FRANCAISES ORL – Annales Françaises d’otorhinolaryngologie et de pathologie cervico- faciale :

→ Les implants BAHA : technique d’implantation et complications. N. Fontaine, P. Hemar, P. Schultz, A. Charpiot, C. Debry (2014). Vol 131 – N° 1 – février 2014.

Les implants BAHA ont fait la preuve de leur efficacité dans certaines surdités de transmission, mais la présence du pilier en titane est source de réactions cutanées parfois majeures.

Les complications cutanées sont de quatre ordres : nécrose, inflammation/infection, hypertrophie, et perte de la fixture par défaut d’ostéo-intégration. Les complications nécessitant une reprise chirurgicale sont survenues pour 20 % des implants, avec la méthode du lambeau, et 38 % avec la technique de la greffe de peau, sans différence significative entre les deux groupes (p=0,31).

http://www.em-consulte.com/article/875082/article/les-implants-baha%C2%A0-technique-d-implantation-et-com

 

→ Bilan vestibulaire et implant cochléaire. L. Robard, S. Moreau, M. Hitier (2013). Vol 130, 4S – octobre 2013.

Des lésions vestibulaires sont retrouvées après implantation dans 23 à 100 % des cas. A33.

 

→ Ré-implantation cochléaire chez l’enfant. F. Artieres-Sterkers, F. Vernail, D. Schmitt, et al. (2013). Vol 130, 4S – octobre 2013.

45 enfants (8,9%) ont été réimplantés. Les causes des réimplatations ont été analyses suivant : infection (9%), traumatisme (9%), panne brusque (40%), panne “soft” (34%), cause neurologique (4%), panne inconnue (4%). A39.

 

→ L’implantation cochléaire en ambulatoire chez l’enfant. A. Fleury, E. Truy et al. (2013). Vol 130, 4S – octobre 2013.

Un patient a du être réhospitalisé pour syndrome algique sur lame d’hématome rétroauriculaire.

(…) Les familles doivent être averties de la possibilité de complications, de la gestion de l’enfant au retour à domicile, et de la possibilité de convertir le séjour en conventionnel en cas de complication. A40.

 

→ Valeur pronostique de l’imagerie par résonance magnétique dans l’évaluation des enfants candidats à l’implant cochléaire. B. Fraysse, S. Alshehri, et al. (2013). Vol 130, 4S – octobre 2013.

182 enfants implantés dans notre service ont bénéficié d’une IRM : 78 (43 %) ont une IRM anormale. (…). Il existe une proportion significative d’anomalies cérébrales retrouvées sur l’IRM des enfants implantés, ce qui confirme l’importance de ce bilan avant implantation. A40.

 

→ Les résultats à 10 ans et plus des enfants implantés cochléaires : un bénéfice pour tous ? B. Fraysse, M. Calmels et al. (2013). Vol 130, 4S – octobre 2013.

Les résultats à long terme chez les enfants porteurs d’un implant cochléaire montrent une grande hétérogénéité sur le plan de la compréhension du langage oral. (…) 43 % des enfants montrent un bon ou excellent niveau de développement linguistique, 14 % un niveau moyen, 43 % présentent un gros retard. A40.

 

→ Définition psychoacoustique de la stimulation électrique apicale chez des implantés cochléaires avec audition résiduelle controlatérale. D. Lazard, J. Marozeau, et al. (2013). Vol 130, 4S – octobre 2013.

La sensation sonore élémentaire de la stimulation électrique produite par un implant cochléaire est de nos jours toujours non connue. (…). Pour ces sujets, la sensation sonore d’une impulsion électrique apicale n’était ni un son pur ni un bruit blanc mais était définie comme un signal complexe, inharmonique. A48.

 

→ Les migrations du porte-électrode de la scala tympani à la scala vestibuli ont-elles un impact sur les performances après implantation cochléaire ? M. Marx, B. Fraysse, et al. (2013). Vol 130, 4S – octobre 2013.

Certaines études ont mis en évidence un impact négatif des migrations de la scala tympani à la scala vestibuli sur les résultats auditifs en termes de discrimination de la parole. A72.

 

→ Evaluation du caractère traumatique de l’insertion cochléaire par cone-beam. F. Venail, S. Menjot de Champfleur et al. (2013). Vol 130, 4S – octobre 2013.

Les translocations d’électrode sont féquentes. A72.

 

→ Intérêt d’une porte-électrode charge en dexaméthasone dans la conservation de l’audition résiduelle en implantation cochléaire. D. Douchement et al. (2013). Vol 130, 4S – octobre 2013.

Tout le challenge réside dans la conservation de ces restes auditifs, malgré le traumatisme causé par la chirurgie. A74.

 

→ Impact de l’atteinte vestibulaire après implantation cochléaire chez l’enfant sur les indications d’implantations cochléaire. S. Wiener-Vacher et al. (2013). Vol 130, 4S – octobre 2013.

Du côté de l’implant cochléaire, 9 % des enfants ont présenté une perte complète de la fonction vestibulaire et 58 % ont montré une diminution de leurs réponses. Dans 24 ¨% des cas, un certain degré d’hyperexcitabilité a été retrouvé principalement au niveau des tests otolitiques. A80.

(…) L’implantation en deux temps à deux à trois mois d’intervalle (…) devrait être choisie. A80.

 

→ Implantation cochléaire et fonction vestibulaire chez l’enfant. A. Cheknane et al. (2013). Vol 130, 4S – octobre 2013.

L’implantation cochléaire est une chirurgie invasive sur les structures de l’oreille interne en particulier le vestibule. (…). Les troubles vestibulaires dues à l’implantation cochléaire ne sont pas rares. A81.

 

→ Comprendre le cerveau sourd, implications dans la réhabilitation par implant cochléaire. D.S. Lazard, A.-L. Giraud, D. Gnansia, B. Meyer, O. Sterkers (2004). Vol 129 – N° 2 – avril 2012.

Malgré des résultats très satisfaisants dans l’ensemble, il existe une grande variabilité des performances individuelles.

http://www.em-consulte.com/article/710979/article/comprendre-le-cerveau-sourd-implications-dans-la-r

 

→ Extrusion cutanée à répétition d’un implant cochléaire. C. Poncet-Wallet, Y. Ormezzano, E. Ernst, C. Toffin, R. Dhote, E. Harboun-Cohen, B. Frachet. Vol 126 – N° 5-6 – novembre 2009.

Objectif : Rapporter une complication de diagnostic difficile : l’extrusion cutanée récidivante d’un implant cochléaire.

Résultats : Différents diagnostics permettant d’expliquer ces problèmes cutanés ont été évoqués au cours de cette histoire clinique : infection, allergie ou réaction à corps étranger. Aucune hypothèse ne peut être formellement écartée.

http://www.em-consulte.com/article/236410/article/extrusion-cutanee-a-repetition-dun-implant-cochlea

 

COCHLEAR (2013). « Informations importantes ».

Ne pas utiliser d’instruments électrochirurgicaux monopolaires sur la tête ou le cou d’un patient porteur d’implant cochléaire, car les courants induits risquent d’occasionner des dommages au niveau des tissus cochléaires ou des dégâts irréversibles au niveau de l’implant. Page 5.

Pour la majorité des patients, la stimulation électrique a lieu à des niveaux considérés comme sûrs, au regard de l’expérimentation animale. Pour certains patients, les niveaux nécessaires pour produire les sons les plus forts dépassent ces niveaux. Les effets à long terme de cette stimulation sur l’homme sont inconnus. Page 13.

L’IRM est contre-indiquée. Page 7.

Ne court-circuitez pas les piles, c’est-à-dire ne laissez pas entrer en contact les bornes des piles et ne les transportez pas sans emballage, par exemple dans une poche. Page 15.

fr_globalwarnings_french_234568_iss7_nov13_translation_of_249170_iss8_540kb

 

FDA « What are the Risks of Cochlear Implants ? »

http://www.fda.gov/medicaldevices/productsandmedicalprocedures/implantsandprosthetics/cochlearimplants/ucm062843.htm#b

 

Françoise GOROG et al. (2009). Les effets psychopathologiques de l’implant cochléaire.

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0014385509000280

 

 

Maryse GUAY (2003). « Les risques de méningite chez les personnes ayant un implant cochléaire ». Québec : Institut National de Santé Publique.

Ainsi, en comparant ces nouveaux taux attendus aux taux observés chez les porteurs d’implants cochléaires qui ont été calculés ci-haut, on fait le même constat, c’est-à-dire que les taux observés de méningites à pneumocoque semblent plus élevés que les taux attendus autant chez les enfants que chez toutes les personnes sans égard au groupe d’âge. Le tableau 1 résume les résultats de ces estimations et comparaisons. Comme il est fort probable que ces calculs soient des sous-estimations, à cause du phénomène de sous déclaration dont nous avons parlé plus haut, ceci renforce nos conclusions à l’effet de risque plus élevé de méningite chez les porteurs d’implants cochléaires. Page 4.

Étant donné le risque potentiellement plus élevé de méningite, particulièrement de méningite à pneumocoque, et en appliquant le principe de précaution (Kourilsky et Vinez, 1999) qui suggère qu’il s’avère prudent de vouloir limiter un risque hypothétique ou potentiel sachant que la mesure pour ce faire est accessible, efficace et sécuritaire, nous recommandons d’inclure les personnes porteuses d’implants cochléaires ou à qui on installera un implant cochléaire parmi les indications de groupes à haut risque des vaccins contre le pneumocoque et les infections à Haemophilus influenzae de type b. Page 9.

Maryse GUAY (2003). Les risques de méningite chez les personnes ayant un implant cochléaire

 

Indiana University (2014). “Some Kids With Cochlear Implants Suffer Memory Problems”.

http://consumer.healthday.com/hearing-information-19/hearing-disorder-news-351/some-kids-with-cochlear-implants-suffer-memory-delays-688085.html

 

 

H.G. KEMPF, A. BUCHNER, T. STOVER (2003). Kochleaimplantat bei Erwachsenen: Indikation und Durchführung. August 2003, Volume 51, Issue 8, pp 663-676.

(Durchführung : applications ; Narkose : anesthésie).

Ein erhöhtes Risiko für intra- und postoperative Komplikationen existiert insbesondere bei atypischem Verlauf des N. facialis, häufig auftretend im Rahmen auch komplexer Innenohrfehlanlagen. P. 667.

Kempf et al. (2003). Indikation und Durchführung

 

Yves JALBERT (2003). Décès suite à un implant cochléaire : pas un type b.

Le décès de la personne de 12 ans dont il est question dans cet article est survenu dans notre région socio-sanitaire. Il ne s’agissait pas d’un type b, mais plutôt d’un type f, ceci ayant été confirmé par le Laboratoire de santé publique du Québec. Cette distinction mérite d’être faite dans le contexte où l’on suggère la vaccination contre Haemophilus influenzae de toutes les personnes recevant un implant cochléaire, puisque les vaccins actuellement disponibles sont spécifiquement conçus pour protéger contre le type b, mais non contre le type f.

Yves Jalbert : Médecin-conseil Direction de la santé publique Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Qué.

References : Wooltorton E. Cochlear implant recipients at risk for meningitis. CMAJ 2002;167(6):670.

http://www.cmaj.ca/content/168/3/256.2.full

 

 

Mattheus VISCHER (2003). « Implants cochléaires et méningite – vaccination contre les pneumocoques ». Paediatrica, vol. 14, n°5.

L’incidence d’une méningite est 30 fois plus fréquente chez les enfants et adultes porteurs d’un implant cochléaire. […].

Sur près de 50 000 implantés environ 100 patients ont été atteints d’une méningite à streptococcus pneumoniae, dont 17 sont morts. […].

[…] le «positioner» représente une condition favorable pour que les germes accèdent à la cochlée et ainsi à l’intérieur du crâne: route d’infection ascendante pour la méningite. Par conséquent, suite à ces publications, le modèle avec «positioner» a été retiré du marché par le fabricant. […].

Depuis une conférence internationale de consensus (juillet 2002 à Amsterdam), sont proposées des vaccinations pour protéger contre une infection à pneumocoques. Malgré le fait que ces vaccins ne couvrent qu‘une partie des plus de 90 types de pneumocoques, ils pourraient diminuer le risque d’une méningite.

Mattheus VISCHER (2003). Implants cochléaires et méningite

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.