1.Objectif

→ Mettre à disposition des informations qui ne sont pas aisément accessibles et rarement diffusées, pour des personnes qui doivent prendre une décision lourde de conséquences.

 

 

Qu’est-ce qu’un implant cochléaire ?

L’implant cochléaire est un appareil électromagnétique, qui, après une intervention chirurgicale, stimule directement les terminaisons nerveuses de l’audition situées dans la cochlée :

https://www.canal-u.tv/video/universite_bordeaux_segalen_dcam/implant_cochleaire_binaural.7141

– En France, chaque année, 1 200 implants cochléaires sont posés, dont plus de la moitié chez des plus de 20 ans[1].

– Il y a plus de 200.000 implants cochléaires utilisés dans le monde ; 10 000 en France en 2010[2]

– Le nombre d’implantés cochléaires ne cesse d’augmenter… à une vitesse vertigineuse. Cochlear, par exemple, un des plus grands fabriquants d’IC, annonçait 40 000 porteurs d’implant de cette marque en 2002, contre 82 000 en 2010/2011[3].

– Bien que de nombreuses études montrent les bienfaits de la langue des signes, au niveau de l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et même de la parole, aujourd’hui, de nombreux professionnels de santé – qui ont une approche partielle de l’audition, et non une approche globale de la surdité – « déconseillent de mixer langue des signes et implantations et invitent à laisser l’enfant investir pleinement la sphère orale »[4]. Les parents d’enfant sourd sont conseillés – bien entendu – par « une armée de scientifiques » et soi-disant « experts en surdité », dont “le prestige dissimule un raisonnement scientiste sous-tendu par un projet exclusivement opératoire”. Aussi, “la langue des signes est presque systématiquement interdite, par pratiquement tous les centres d’implantation”[5].

L’implant ne fait pas disparaitre la surdité. Une personne sourde implantée ne devient jamais « entendante ». Malgré les effets « positifs » sur le gain auditif de l’implant, il y a des effets collatéraux ou secondaires : le suivi médical et orthophonique lourd, difficile et douloureux ; la dépendance technologique ; les risques nosocomiaux, les complications post-opératoires ; les risques de détérioration du nerf facial, de la perturbation du goût ou de l’équilibre ; les effets non connus car pas encore étudiés par des ondes électromagnétiques toujours plus envahissantes (lignes à hautes tensions, appareils électriques : WI-FI, téléphones portables, I-Phones, technologies 3G, 4G, plaques de cuisson, radio réveils, portiques antivol et détecteurs de métaux, IRM…).

La France est le premier pays à avoir posé un implant cochléaire (en 1957). Et la France est bien entendu un des pays qui rembourse le mieux ou rend presque gratuit cette technologie, considérée comme « une innovation de rupture à l’instar du pacemaker », selon Bruno Frachet, médecin, chirurgien ORL à l’Hôpital Rotschild et universitaire reconnu[6]. Après une période de développement menée chez l’adulte sourd profond, l’application de la technologie aux enfants a commencé au début des années 1990. Depuis, elle ne cesse de se systématiser… et se banalise !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.