A2.Plasticité

Sous prétexte de plasticité cérébrale, les médecins opèrent de plus en plus tôt… Ne sommes-nous pas beaucoup plus, infiniment plus, que ce que nous croyons ? Limiter la connaissance à la seule perception scientifique rend le monde incompréhensible par rapport à bien des observations et des savoirs. N’est-il pas hasardeux d’introduire dans le corps humain une technologie d’une époque à un instant donné ?

 

Christian JARRET (2011). Trois minutes pour comprendre. Les 50 plus grandes théories en psychologie. Le Courrier du Livre, Paris.

Neuroplasticité

Chez les aveugles, ou comme l’a démontré Alvaro Pascual-Leone, même chez les personnes qui ont les yeux bandés pendant cinq jours, des aires « tactiles » se substituent aux aires « visuelles » du cerveau. Cette réorganisation en fonction des activités (comme la vue et le toucher) semble être un principe général du développement cérébral, qui opère tout au long de la vie, pas juste dans l’enfance. Pour citer un exemple célèbre, on a démontré que la partie du cerveau impliquée dans l’orientation est plus développée chez les chauffeurs de taxi de Londres qui passent leur vie d’adultes à circuler dans la ville. Le concept de plasticité postule que nous pouvons changer tout au long de notre vie la manière dont nous réfléchissons ainsi que nos capacités. En restant mentalement actifs, nous pouvons rester flexibles et alertes en vieillissant. 44.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.