B2.Ecriture

Plus de 90 % des enfants sourds naissent de parents entendants, non signeurs, non codeurs. Toutefois ces parents sont des parleurs et la plupart du temps scripteurs : ils sont capables d’écrire comme ils parlent. En Chine, la jeune sourde, qui a été nommée en 1997 l’un des dix plus brillants adolescents du pays, connaissait déjà plus de 2 000 caractères à l’âge de 6 ans, « son père ayant pris l’habitude de lui écrire en caractères tout ce qu’il lui disait verbalement » (Yau, 2004, page 71). Une telle habitude n’est que trop exceptionnelle, mais peut donner des résultats exemplaires.

 

 

France FARAGO (1999/2004). Le langage. Armand Colin, Cursus.

(…) Si l’écriture permet de fixer la pensée, l’outil mental qu’est le langage n’a pas besoin d’être matériellement réalisé pour servir à la pensée : l’homme pense au moyen d’un langage intérieur qui ne comporte pas de manifestation. Or, le langage est analytique par essence. C’est vrai lorsque je parle : l’image est acoustique. C’est vrai aussi lorsque j’écris : l’image est alors visuelle. L’écrit est d’ailleurs plus analytique que l’oral. La visualisation qu’il implique est déjà une organisation, une mémorisation. On peut manipuler les concepts plus aisément à l’écrit. On est donc en droit d’opposer à la hiérarchie classique : pensée > parole > écriture une hiérarchie inverse. Ce qui trompe, c’est que l’on apprend d’abord à parler, puis à écrire. Cet ordre d’apprentissage fait oublier que la parole est une technique tout autant que l’écriture. On parle plus qu’on n’écrit. La parole semble ainsi tout à fait spontanée. Cela explique que pour celui qui parle, les mots s’effacent. Au fur et à mesure de mon discours, il y a effacement du signifiant. Tout se passe comme si les mots n’existaient pas. J’ai l’impression de penser à haute voix, j’oublie la nature sensible du signe. Page 86.

 

Catherine TRANSLER (2005). La production écrite de l’enfant sourd, résultat d’apprentissages explicites et implicites. In : C. Transler, J. Leybaert et J.E. Gombert. L’acquisition du langage par l’enfant sourd : les signes, l’oral et l’écrit. Solal éditeur, Marseille.

Catherine TRANSLER (2005). La production écrite de l’enfant sourd, résultat d’apprentissage explicites et implicites

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.