D.Parole

Un sourd n’est pas forcément muet, ni baragouineur, ni aphasique, ni dyslexique…

 

Claude HAGEGE (1996). L’enfant aux deux langues. Editions Odile Jacob. Paris.

L’audition détermine-t-elle la phonation ? (…) il convient de ne pas en déduire dogmatiquement que la phonation soit immédiatement et universellement conditionnée par les indices que fournit l’audition. (…) l’aptitude à la distinction phonologique, liée à une audition tout à fait normale, n’a pas pour conséquence nécessaire la capacité d’articuler exactement ce qui est perçu, même chez le jeune enfant en période d’apprentissage. Page 31.

 

 

Laurent LUTAUD (2008). Paroles de sourds.

« Me demander si je parle, c’est comme si je vous demandais : comment vous avez appris à respirer. C’est un apprentissage peut-être un peu inconscient (…). Inconscient, vous êtes baignés dans la langue ». François, ingénieur, sourd profond de naissance, non implanté.

« Je ne me souviens presque pas d’avoir dû apprendre à parler. C’était vraiment naturel. J’avais envie de parler et de pouvoir communiquer avec les autres. Donc ça faisait partie du jeu, je pense ». Jeune fille, sourde profonde de naissance, non implantée.

https://www.youtube.com/watch?v=uw8ThkAEV3A

 

Joana REVIS (2014). La voix et soi. Ce que notre voix dit de nous. De Boeck, Solal, Bruxelles.

En réalité, ce que nous entendons lorsque nous parlons, c’est une combinaison entre le son diffusé dans l’air ambiant – qui est perçu par les autres – et les résonnances internes – qui ne sont perçues que par nous-mêmes. En effet, lorsque nous émettons notre voix, nous nous entendons aussi « de l’intérieur », par la vibration de notre squelette et même la diffusion interne de notre voix à notre oreille par l’intermédiaire de la trompe d’Eustache qui relie notre pharynx à notre oreille moyenne. Faites-en l’expérience vous-même : lorsque vous émettez un son en vous bouchant les oreilles, vous percevez une voix plus sourde, plus grave qui est en fait privée du retour aérien et ne fonctionne que sur la base (ou presque) des résonances internes. Cette voix intérieure, vous êtes le seul à pouvoir l’entendre. Page 93.

 

Catherine TRANSLER (2005). Comment l’enfant sourd développe puis utilise le principe du B-A/ba/. C. Transler, J. Leybaert et J.E. Gombert. L’acquisition du langage par l’enfant sourd : les signes, l’oral et l’écrit. Solal éditeur, Marseille.

L’intelligibilité de la parole ou compréhensibilité de la parole produite par les sourds est un facteur souvent corrélé avec d’autres mesures liées aux connaissances de la langue orale et écrite (revue dans Lepot-Froment, 1996). Page 254.

(…) l’estimation du taux de récupération auditive n’est pas le seul critère étudié parmi les facteurs susceptibles de faire fluctuer la connaissance de la langue orale que les sourds développent. (…) A niveau de perte auditive égale, les niveaux d’intelligibilité varient énormément selon des facteurs très divers et encore mal connus (…) (revue dans Lepot-Froment, 1996). Page 254.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.