G2.Cas

Cette rubrique présente des exemples de parcours de vie de personnes handicapées ou non, sourdes ou non, souvent très critiques vis-à-vis du corps médical.

 

Temple GRANDIN (1986/1994). « Ma vie d’autiste ». Paris : Editions Odile Jacob.

Mes fixations diminuaient mon excitation et me calmaient. Trop de thérapeutes, de psychologues croient que si on laisse l’enfant s’adonner à ses fixations, il en résulte des dommages irréparables. Je ne crois pas que ce soit vrai dans tous les cas. On peut diriger les fixations vers quelque chose de constructif. Ecarter les fixations peut être imprudent. Souvent, on se débarrasse d’une mauvaise habitude en la remplaçant par une autre. Il en est de même pour les fixations. Mais transformer une fixation en action positive peut être gratifiant. Page 53.

Pendant deux ans, j’ai régulièrement rendu visite au Dr Stein et j’ai maintenu le chiffre d’affaires des fabricants de bonbons M&M’s. Page 71.

Temple GRANDIN (1986). Ma vie d’autiste

 

 

 

Christine LAVAL (2014). « Raphaël reviendra au collège ».

« La mère d’un préadolescent privé de la marche du fait d’une malformation opérable a réussi à surmonter l’incompétence d’un médecin ».

http://yanous.com/espaces/parents/parents140620.html

 

 

 

 

Josef SCHOVANEC (2013). Je suis à l’Est ! Savant et autiste. Un témoignage unique. Paris : Pocket.

Peut-être qu’un psychiatre, assistant à la scène, m’aurait offert des molécules susceptibles de m’aider face à cette psychose interstellaire. Atténuer ma « souffrance », comme on dit, avec le terme magique. Page 27.

Josef SCHOVANEC (2013). Je suis à l’est ! Savant et autiste

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.